« Ce qui vous a mené ici ne vous conduira pas là » est un dicton populaire et les directeurs Financiers du monde entier l’ont compris depuis longtemps. Cependant, la mise en place des changements nécessaires pour y parvenir ne se déroule pas comme prévu. Le POURQUOI est compréhensible, mais c’est au niveau du QUOI et du COMMENT que ceci devient plus compliqué.

Dans un article récent, “Voici venir l’émergence de la fonction Finance 4.0” nous avons exploré l’émergence du CFO 4.0 et présenté cinq changements clés que les directeurs financiers et leurs équipes doivent opérer pour se projeter dans le futur. Nous allons maintenant examiner plus en détail chacun de ces aspects et déterminer QUELS changements opérer. Dans des articles ultérieurs, nous aborderons ce que ce processus nécessite, notamment la manière de gérer son temps, ainsi que le COMMENT mettre tout cela en œuvre.

Tout commence par l’état d’esprit, et ceci doit provenir du sommet. Cela signifie que le DAF doit être la première personne à changer de mentalité pour que cette évolution s’opère réellement au sein de la fonction financière. Nous estimons que le DAF doit cesser de « penser comme un centre de coûts pour devenir un générateur de bénéfices ». Que cela signifie-t-il ?

Cinq changements d’état d’esprit essentiels pour le DAF

Pour que les DAF et la fonction financière deviennent des moteurs de profit, cinq changements clés doivent être opérés. Examinons chacun d’eux plus en détail.

De la minimisation des coûts (de la finance) à la maximisation de la valeur commerciale

Lorsqu’une entreprise doit réduire ses coûts, elle place souvent la fonction financière au premier plan. Nous pouvons réaliser l’analyse, créer le point de référence, émettre des suggestions techniques sur la manière de réduire les coûts et imposer ces réductions aux dirigeants de l’entreprise. En raison de ce rôle, le budget de la fonction financière fait l’objet d’un examen approfondi et il est évident que nous souhaitons le réduire au maximum. Cependant, à l’ère du 4.0, il est temps de changer le discours.

Au lieu de nous concentrer sur la réduction des coûts, nous devrions nous concentrer sur la maximisation de la valeur de l’entreprise. Parfois, ceci implique une réduction des coûts, mais dans d’autres cas, il peut s’agir d’initiatives génératrices de revenus ou d’investissements à long terme. Sans une approche plus équilibrée, nous réduirons simplement la fonction financière à des frais généraux qu’il convient de minimiser autant que possible.

De l’explication des performances passées au pilotage des prestations futures

Trop souvent, la fonction financière se concentre sur les données financières. Cette démarche semble logique et intuitive, cependant, elle nous prive de nombreuses possibilités d’améliorer les performances. En effet, les données financières sont des indicateurs différés. Ils font partie de l’histoire. Cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas apprendre de l’histoire, mais nous ne pouvons certainement pas l’améliorer.

Nous devrions plutôt nous concentrer sur les prestations de l’entreprise puisqu’il s’agit d’un indicateur avancé des performances financières. En procédant à ce changement, nous nous rapprocherons également des chefs d’entreprise que nous souhaitons aider dans l’amélioration de leurs performances. Il suffit de comprendre les principales priorités professionnelles de vos partenaires commerciaux, puis de vous consacrer à réaliser leurs objectifs. Ce n’est que lorsque les performances commerciales et financières ne sont pas synchronisées que vous devez vous pencher sur les données financières.

De l’élimination des risques à la prise de risques adéquats.

Entreprendre signifie prendre des risques. Nous agissons ainsi pour obtenir certaines récompenses, comme augmenter la valeur pour les actionnaires. Si nous éliminons tout risque, il est probable que nous n’obtiendrons aucun rendement. C’est aussi simple que cela, mais de nombreuses fonctions financières évoquent fréquemment la manière de l’éliminer. Elles considèrent le risque comme un élément négatif et leur aversion pour ce dernier est un élément déterminant.

Il est temps de changer notre approche du risque. Nous devrions adopter une approche neutre en la matière pour toutes les décisions prises au sein de l’entreprise. En termes simples, nous devons considérer les risques et les opportunités de chaque décision de manière égale. Une fois les deux identifiés, nous devons tenter de maximiser les opportunités et d’atténuer les risques. Ce n’est qu’en adoptant une perspective neutre en termes de risques que nous pouvons plus facilement adopter les meilleurs choix.

Des données et du reporting aux idées

Une grande partie du temps des fonctions financières est consacrée à la manipulation des données : acquisition, nettoyage, organisation, etc. Bien que cela puisse être un mal nécessaire pour utiliser les données, ce n’est certainement pas là que la valeur est ajoutée. Même si nous structurons ceci dans un joli rapport, nous ne faisons souvent que dire aux dirigeants d’entreprise ce qu’ils savent déjà.

Il convient plutôt de leur indiquer des éléments qu’ils ne connaissent pas mais qui peuvent leur permettre de prendre de meilleures décisions. En bref, générer des idées, les présenter et en discuter avec les chefs d’entreprise. Il existe de nombreuses manières de produire de nouvelles perspectives. Il s’agit souvent d’associer des informations financières à des informations non financières, de travailler sur celles-ci par le biais de la modélisation et de l’analyse, de recueillir les points de vue des chefs d’entreprise et des clients, et d’adopter une approche structurée par la résolution de problèmes.

De l’approche financière à l’approche client

Pendant trop longtemps, la finance a considéré ses propres objectifs et intérêts en termes de réussite. Améliorer la clôture du mois, automatiser un processus ou éliminer tout risque. En résumé, la fonction financière pouvait réussir alors que l’entreprise était en difficulté.

Ceci est bien sûr illogique car aucune entreprise n’a été créée grâce à sa fonction financière. La finance a été créée par la présence d’une entreprise en premier lieu. Par conséquent, pour réussir à l’avenir, la fonction financière doit adopter les objectifs de l’entreprise qu’elle soutient. En général, il existe trois objectifs clés : 1) atteindre ou dépasser les objectifs commerciaux convenus, 2) obtenir des commentaires positifs de la part des dirigeants de l’entreprise et 3) être en mesure de documenter et d’articuler le rôle de la fonction financière dans la réussite de l’entreprise.

Effectuez ces cinq changements et vous entrez dans l’ère du 4.0. C’est ce qui vous permettra d’atteindre votre objectif!

Êtes-vous prêt à vous lancer ?

Ces changements ne se feront évidemment pas en un jour. Même si le DAF a changé son état d’esprit, il faudra du temps pour l’ancrer au sein de toute la fonction financière. Un autre défi majeur réside dans le fait que les employés effectuent aujourd’hui un travail précis et que si ce dernier n’est pas accompli différemment, le temps manquera pour effectuer ce changement.

Dans notre prochain article, nous examinerons comment la fonction financière peut consacrer du temps aux tâches qui comptent, comme indiqué dans cet article. Nous partagerons quelques mesures pratiques à adopter, vous assurant de libérer rapidement 20 % de votre temps pour des tâches à plus forte valeur ajoutée. Êtes-vous prêt à vous lancer dans cette aventure ?