Dans cet article, nous nous intéresserons à un article récemment publié par BARC, intitulé « Sound Decisions in Dynamic Times » (Des décisions avisées dans une époque dynamique). Quelles conclusions et informations peut-on en tirer pour les organisations, et mérite-t-il d’être lu ? On vous donne toutes les réponses !

Votre organisation est-elle agile et résiliente ? Particulièrement en vogue dans le domaine de la FP&A et de la planification, ces termes renvoient à des caractéristiques indispensables pour les entreprises en cette période de crise. D’ailleurs, leur pertinence saute désormais aux yeux. Dans son étude « Sound Decisions in Dynamic Times », le cabinet d’analyste indépendant BARC a interrogé 275 personnes dans le monde entier, issues de postes et secteurs différents, ainsi que d’entreprises de toutes les tailles. Dans ce rapport de 35 pages, il offre un point de vue intéressant sur l’état actuel de la planification, tout en soulignant les tendances à venir.

Progrès techniques et avancées technologiques

Les premières affirmations de l’étude ne sont guère surprenantes : 89 % des personnes interrogées constatent un dynamisme accru dans leur secteur d’activité. Outre Netflix, Spotify et compagnie, l’ère digitale se démarque surtout par une chose : l’accélération. À tel point que des produits et services ont déjà été créés pour procéder à une décélération active. Mais revenons à la planification. Le progrès technique accélère les marchés et stimule leur dynamisme. En parallèle, il existe de plus en plus d’outils disponibles pour absorber l’accélération et, plus encore, pour en tirer profit.

Bien que de nombreuses entreprises s’appuient encore exclusivement sur Excel pour mener à bien leurs processus de planification, de reporting et d’analyse, comme le démontrait l’étude de BARC sur la planification publiée plus tôt cette année, de nombreux fournisseurs spécialisés se sont établis sur le marché. D’ailleurs, la demande d’outils modernes connaît une croissance fulgurante : dans la dernière étude de BARC, 56 % des participants ont affirmé qu’il était indispensable d’investir dans de nouveaux logiciels de planification et de prévision ou de moderniser les outils existants pour optimiser les processus. Cette mesure était suivie de l’amélioration de la qualité des données, avec 53 % des votes. Cette conclusion rejoint celle de Brian Kalish, expert en FP&A américain, qui déclarait dans cet article sur l’analyse des données : Les données abondent. Désormais, l’objectif est de les rendre exploitables et de les analyser pour en tirer une valeur ajoutée.

Nouveaux instruments de gestion financière

Les analystes de BARC ont également abordé le sujet des outils de gestion financière. Par exemple, près de 42 % des participants ont affirmé qu’ils sont passés de la prévision de fin d’année classique aux rolling forecasts afin de s’adapter plus rapidement au dynamisme accru du marché.

Les simulations et l’analyse de scénarios ont également été mentionnés plus fréquemment cette année. Au lieu de se retrouver avec des plans totalement dépassés en pleine crise, les entreprises utilisent ces instruments pour se préparer aux scénarios possibles pour l’avenir. Elles peuvent ainsi simuler différents résultats et élargir la planification tout en améliorant sa fiabilité, pour renforcer la résilience de l’organisation. Or, c’est précisément sur ce point que repose une opportunité décisive : selon l’étude, certaines entreprises utilisent déjà l’analyse de scénarios, mais continuent néanmoins à utiliser relativement souvent Excel, ce qui exige un temps précieux. Au contraire, d’autres ont opté pour des outils spécialisés qui leur permettent non seulement de gagner en temps et en agilité, mais aussi d’obtenir des résultats plus précis. Pour rester compétitif, nous vous recommandons de jeter un coup d’œil aux conclusions développées à partir de la page 19.

Pour consulter d’autres chiffres et résultats intéressants, téléchargez le rapport complet de l‘étude de BARC “Sound Decisions in Dynamic Times”.