Unifier la visualisation des données et la simulation dans le Cloud – La vision de notre CEO sur la BI en 2015

Unifier la visualisation des données et la simulation est aujourd’hui une question centrale dans le domaine de la Business Intelligence. Dans cette interview, vous découvrirez comment Jedox appréhende cette question et la porte sur le terrain du Cloud. Kay-Ingo Greve, anciennement chez Microsoft, est devenu CEO de Jedox en janvier 2015. Il nous explique pourquoi Jedox se concentre sur l’aspect métier de la solution pour maintenir un cap tout en assurant une croissance rapide.

Sam Perrin, Naked Data : Qu’est-ce qui vous a séduit chez Jedox?

Kay-Ingo Greve, CEO, Jedox : Depuis sa création, Jedox est une entreprise énergique et innovante, et en croissance constante. Jedox dispose d’une technologie unique et avancée. Aujourd’hui, nous nous concentrons sur la Business-driven Intelligence, ce qui offre une réelle plus-value à nos clients. Faire partie de la direction de l’entreprise me permet d’aider Jedox à grandir sur la scène internationale et d’élargir notre rayonnement auprès des clients et partenaires.

Vous êtes chez Jedox depuis près de 6 mois maintenant. Quelles sont vos impressions sur la culture Jedox?

Kay-Ingo Greve : Jedox est une entreprise jeune, énergique et ouverte aux échanges. Les personnes qui la composent sont ambitieuses, et ouvertes à toutes les possibilités. C’est ma première impression. Ma seconde impression est qu’il y a un désir réel d’offrir à nos clients plus de clarté, d’attention et d’autonomie : notre but n’est pas seulement de rendre la Business Intelligence plus accessible, mais aussi de faire de l’utilisation de Jedox une expérience unique.
Nous avons déjà accompli beaucoup de choses cette année, notamment avec notre Pack SAP Business, Jedox Social Analytics, ou encore avec l’acquisition de Reboard, pour notre application mobile. Et nous ne sommes qu’en juin ! Nous avons encore d’autres choses importantes qui vont arriver.

Aujourd’hui, vous avez repositionné Jedox dans le paysage de la BI. Quelles sont les plus grandes forces de Jedox?

Kay-Ingo Greve : Jedox est une plateforme performante et flexible. Les entreprises investissent dans l’analyse pour réduire leurs coûts, augmenter leurs revenus, et améliorer la sécurité de leurs données. Jedox vous aide à répondre à ces trois besoins. C’est sa première force : une grande flexibilité. Vous pouvez à la fois analyser vos données et créer une simulation pour gérer vos prévisions. Cela permet aux clients de travailler avec la solution qui leur correspond le plus, et non pas avec une solution performante mais non personnalisable, ce qui est souvent la dure réalité de la BI traditionnelle.

La seconde force, c’est le gain de temps. Nos consultants sont capables de livrer un maquette (PoC ou Proof of Concept en anglais) en seulement quelques heures. Jedox est conçu pour être facile d’utilisation. La plateforme Jedox est également unifiée – vous pouvez utiliser Jedox pour vos analyses, reportings et simulations. Les consultants peuvent ainsi implémenter une plateforme complète en seulement quelques semaines.

Nous avons également l’avantage de pouvoir offrir au client différentes plateformes, on-premise ou Cloud.

Vous avez commencé de travailler chez Microsoft en 1993. Comment pourriez-vous comparer vos premiers mois chez Jedox avec ceux que vous avez vécu chez Microsoft?

Kay-Ingo Greve : Mon rôle est bien évidemment différent, mais sur de nombreux points cela ressemble à mes premiers mois

Jedox CEO Kay-Ingo Greve

chez Microsoft.

Jedox connaît une croissance exponentielle, et nous souhaitons maintenir cette croissance. Je rencontre beaucoup de personnes créatives, qui travaillent très dur pour que l’entreprise continue sa progression. Quand j’ai commencé chez Microsoft, nous étions des précurseurs dans notre secteur d’activité. C’est la même chose ici, Jedox étant une entreprise très innovante avec de nouvelles approches. Nous devons garder le rythme, tout en demeurant créatifs.

Jedox compte plus de 140 partenaires à travers le monde. Quelle est la plus grande force de cet écosystème de partenaires?

Kay-Ingo Greve : Nous avons des partenaires dans presque toutes les régions du monde ; ils sont professionnels et disposent d’un large panel d’expertise. Nos commerciaux ont réussi ces dernières années à attirer des partenaires dynamiques et ambitieux. Influence et activer cet écosystème va nous permettre d’être plus agressifs sur les marchés stratégiques. Aux États-Unis et en Europe, nous sommes déjà très présents, tout comme en Asie où nous avons un fort potentiel de croissance et d’expansion.

L’Asie-Pacifique, l’Amérique du Nord et l’Europe sont nos grands objectifs. Nous allons nous concentrer sur ces secteurs, et nous devons progresser sensiblement en Asie-Pacifique. Quand je pense à l’APAC, je pense notamment à la Chine et à l’Asie du Sud-Est. Permettre aux entreprises de disposer d’une plateforme unifiée dans le Cloud est la solution clé dans cette région.

Il en est de même pour le Japon, dont le marché est arrivé à maturité. Il se différencie du marché chinois, qui s’oriente de plus en plus vers le Cloud. C’est pourquoi nous avons différents leviers et stratégies de commercialisation.

Comment imaginez-vous Jedox en Asie d’ici deux ans ?

Kay-Ingo Greve : Nos revenus devraient continuer de croître rapidement. Par exemple, le marché chinois est très favorable à l’innovation allemande. Le seul gros concurrent dans cette zone est IBM, contre lequel nous devrions gagner, étant donné qu’ils vendent surtout leurs équipes de consulting et non leur solution.

L’ingénierie allemande est donc toujours aussi respectée ?

Jedox Social Analytics

Kay-Ingo Greve : Oui. Et je ne dis pas cela parce que je suis allemande, mais plutôt parce que j’ai vécu et voyagé dans le monde entier, et que j’ai travaillé avec un large éventail de personnes issues de différents pays et cultures. Je suis toujours surpris par le respect et la reconnaissance dont font preuve les entreprises allemandes. Un accord est un accord. Cette intégrité compte énormément dans de nombreuses cultures.

Quels sont les éléments stratégiques que vous souhaitez mettre en œuvre avec Jedox ?

Kay-Ingo Greve : Tout d’abord, je pense au professionnalisme. Notre entreprise croît rapidement, et l’enjeu est de s’assurer que nos processus de gestion se maintiennent. nous devons être rigoureux et professionnels. Nous devons travailler comme une entreprise soudée, malgré notre expansion mondiale ; nous devons nous assurer que nos différentes entités restent unifiées d’une façon qui ne perturbe ni nos clients ni nos salariés.

Le second repose sur les solutions. Cette stratégie repose sur l’approche « business-driven » qui identifie les opportunités commerciales. Nous devons nous concentrer sur la solution et le client : nous devons maintenir notre exigence en termes d’innovation, mais également développer notre marché.

Enfin, la mondialisation. Cela signifie que nous agissons auprès de nos clients selon une approche à la fois globale et locale. Cela signifie également supporter nos partenaires mondiaux, être capables d’accroître notre présence dans les entreprises avec lesquelles nous travaillons.

Aujourd’hui de nombreuses entreprises commencent de quitter la BI traditionnelle pour choisir des solutions dynamiques comme Jedox. Pourquoi pensez-vous que cette croissance va continuer ?

Kay-Ingo Greve : Les utilisateurs métier et techniques avaient différentes attentes en termes de solutions. Les solutions traditionnelles s’adressent à des normes d’entreprise, mais ne sont pas assez flexibles pour aider les personnes à travailler plus efficacement. Les utilisateurs métier et techniques ne s’entendaient pas sur la façon de fournir un travail performant dans l’entreprise. c’est le facteur n°1.

l’autre postulat est simple : le monde a changé. c’est la digitalisation des affaires, et pas seulement du côté de l’IT. Chaque responsable est en permanence connecté à Internet, au Cloud, à ses logiciels et données. Les utilisateurs métier ont des besoins très spécifiques, des demandes très précises concernant leurs besoins. Ils ne peuvent pas attendre une implémentation pendant deux ans, alors qu’ils doivent rester compétitifs. Ils doivent être rapides et flexibles, et les fournisseurs doivent être réactifs.

En tant que client, nous aimons que le produit soit facile d’utilisation, personnalisé, et peu cher. Et la situation n’est pas différente lorsque l’on est en entreprise. En se concentrant sur la facilité d’utilisation, Jedox change un élément qui autrefois était réservé aux experts techniques. Finalement, les gens utilisent la BI au quotidien pour s’assurer de réussir.

Comment voyez-vous Jedox dans deux ans?

Kay-Ingo Greve : Une présence plus forte sur de nombreux marché, avec une équipe commerciale supportant un réseau de partenaires solide. Une part importante de nos clients aura fait le choix de Jedox Cloud. Enfin, Jedox sera une entreprise internationale fondée sur l’excellence de l’ingénierie allemande, mais capable de s’adapter à la mondialisation.

Quels pourraient être les obstacles à une telle progression ?

Kay-Ingo Greve : Je n’en vois aucun.

BARC Jedox

A propos de Jedox : Jedox est l’un des principaux éditeurs internationaux de solutions de Business Intelligence et de Gestion de la Performance, spécialisé dans les domaines de la simulation, de l’analyse et du reporting.

Jedox est considéré comme l’un des outils les plus faciles à utiliser et offre des capacités de simulation avancées grâce à sa technologie GPU. Déjà 120 000 utilisateurs dans 125 pays sont satisfaits de la solution Jedox, qui bénéficie d’un taux de recommandation de 98,7%.

By | 2015-06-19T00:00:00+00:00 juin 19th, 2015|Categories: Communiqués de presse|
X