Dans notre article précédent, « Comment définir les rolling forecasts ? », nous avons vu ce que sont les prévisions et les rolling forecasts en général. Dans ce deuxième article, nous nous intéresserons aux avantages et aux inconvénients des rolling forecasts pour votre organisation. 

Pourquoi adopter les rolling forecasts, à quel moment les mettre en place et à qui s’adressent-ils ? 

Il est évident que toutes les organisations, quelle que soit leur taille, ont besoin d’une bonne planification organisationnelle, mais qu’entend-on par là aujourd’hui ? Les opinions divergent sur le sujet. Les organisations économiquement rentables ont adopté la méthode du calcul de prévisions depuis un certain temps déjà. Appuyant généralement le plan budgétaire sous forme de prévisions annuelles, elles sont réalisées dans Excel ou, plus pratique, dans des solutions logicielles de planification, reporting et analyse modernes, qui rendent la tâche moins pénible. Les prévisions de fin d’année permettent de prendre des décisions pour atteindre les objectifs annuels. Toutefois, elles sont relativement peu flexibles et exigent beaucoup de temps de préparation. En raison de ces délais, elles se basent sur des données qui, bien qu’encore partiellement à jour au moment de la création de la prévision, sont rapidement dépassées au fil de l’exercice financier. C’est à cet égard que l’adoption des rolling forecasts s’avère particulièrement utile pour les organisations opérant dans des secteurs et marchés à forte volatilité. 

En prenant régulièrement en compte de nouvelles données et facteurs, elles permettent d’identifier rapidement les écarts prévisionnels par rapport au plan et de prendre des mesures adéquates pour les éviter. Avec les rolling forecasts, vous pouvez également anticiper la situation au-delà de l’exercice financier en cours en complétant et ajustant constamment les plans. Selon cette approche, la planification organisationnelle devient un processus continu favorisant une création de valeur optimale, et ce pour deux raisons :

  1. La mondialisation et l’internationalisation croissante du capital financier rendent les marchés de plus en plus volatiles. La planification ne peut plus être considérée comme une tâche statique à aborder une fois par an, mais doit être interprétée comme un processus. 
  2. Les plans concrets ont plus de valeur s’ils sont à jour. Par conséquent, de nouveaux facteurs sont pris en compte pendant l’année s’il y a lieu, évitant ainsi que les plans ne s’écartent tellement de la réalité qu’ils perdent toute valeur. 

Bref, les rolling forecasts ont tout l’air d’être l’outil parfait, non ? Il faut toutefois apporter quelques nuances. Si en principe, les rolling forecasts peuvent remplacer les prévisions annuelles, ils sont en réalité plus susceptibles d’être utilisés comme un complément aux outils existants de gestion de la performance. En effet, dans la plupart des cas, les plans sont encore préparés sur la base d’un exercice financier, une norme qui existe depuis de nombreuses années. Par conséquent, les organisations doivent continuer à se focaliser sur leurs déclarations financières annuelles. Si vous ajoutez les rolling forecasts aux processus en place, la charge de travail sera donc plus importante et devra être gérée avec soin. C’est pourquoi il est important d’éviter de s’attarder sur les détails et de se concentrer uniquement sur les KPI les plus importants. Dans l’idéal, les rolling forecasts doivent être moins détaillés que des prévisions de fin d’année plus globales et plus complexes. L’intervalle et l’horizon des rolling forecasts doivent être minutieusement définis pour éviter toute charge de travail superflue et assurer autant d’exactitude que possible. 

À quel moment les rolling forecasts sont-ils les plus pertinents ? 

La volatilité du marché est repartie à la hausse. Les secteurs volatiles ont toujours été les plus imprévisibles, mais même les secteurs plus stables montrent plus de volatilité, d’irrégularités et d’incertitudes. Il est donc d’autant plus important d’élaborer une planification solide pour gérer ces incertitudes. Les rolling forecasts peuvent être un outil extrêmement utile pour aider votre organisation à gérer ces écueils de manière plus lucide et plus précise.  

Pour cela, il existe une règle d’or à suivre : plus la volatilité du marché est élevée dans un secteur particulier, plus l’intervalle pour créer, examiner et ajuster les rolling forecasts devra être court. À l’inverse, si la volatilité du marché est faible, un intervalle plus long sera suffisant.  

Si vous remarquez que les données réelles s’écartent régulièrement des prévisions dans votre organisation ou votre service, il serait peut-être opportun d’envisager l’adoption des rolling forecasts pour mieux comprendre et gérer ces divergences.  

Dans notre prochain article, nous verrons quels sont les outils nécessaires pour mettre en place les rolling forecasts dans votre organisation.