Cette semaine, nous avons le plaisir d’accueillir sur notre blog l’un des partenaires les plus prestigieux de Jedox aux États-Unis. Basé dans l’Illinois, Pursuit IQ fait le point sur l’histoire de l’EPM et partage sa vision exclusive de son évolution.

L’EPM est-elle une méthodologie ou un outil ?

Il est important de préciser que l’EPM n’est pas un logiciel à proprement parler, comme beaucoup le croient à tort, mais une démarche visant à accroître l’efficacité et les capacités de mesure pour améliorer les performances d’une entreprise. Elle permet à la direction de mieux répondre aux défis et opportunités présentés par un projet, une section, une ligne opérationnelle et une zone géographique, que ce soit au niveau d’une entreprise ou d’un groupe corporatif.

Bien que les EPM ne soient pas un simple logiciel, une solution EPM robuste n’en est pas moins essentielle à l’amélioration du processus EPM, dont elle renforce autant que possible l’efficacité. Compte tenu de la relation fondamentale entre les processus et la technologie, les solutions logicielles EPM sont généralement disponibles.

Brève histoire de la gestion des performances

Le concept d’EPM existe depuis des dizaines d’années. Avant les avancées en matière d’informatique et de technologie Cloud, les processus et solutions EPM étaient gérés manuellement à l’aide d’un stylo et de papier, de réunions physiques interminables, d’appels téléphoniques, etc.

Dans les années 1970 et 1980 sont apparus les premiers logiciels tableurs rudimentaires, comme Lotus 1-2-3 et VisiCalc. Ils ont d’abord été utilisés pour effectuer la comptabilité, mais aussi pour collecter des informations sur les budgets et les finances à des fins de reporting et d’analyse. Remplaçant les feuilles de calcul manuelles, les tableurs ont permis aux équipes financières d’améliorer la création de budgets et de rapports.

Ce n’est que suite à l’émergence des e-mails et autres technologies connectées que les fonctionnalités et la portée des solutions EPM ont commencé à s’élargir, permettant ainsi à de multiples parties de collaborer pour créer des rapports financiers communs. Cette connectivité a mené à la mise en place de solutions logicielles de gestion des performances plus avancées, ce qui a permis l’automatisation des processus de reporting et de contrôle de gestion vers la fin des années 1990 et a simplifié les efforts de consolidation des comptes.

La « révolution » de l’EPM s’est amorcée à l’ère de l’Internet. Même si les technologies EPM à proprement parler n’existaient pas encore, plusieurs entreprises de logiciels ont commencé à imaginer comment concevoir des solutions EPM, les adapter aux besoins spécifiques du secteur et les utiliser pour améliorer les capacités de reporting, de contrôle de gestion et d’analyse, ainsi que pour automatiser la gestion.

D’après nos calculs, la technologie requise pour avancer dans ce secteur a rattrapé les idées existantes vers 1995, lorsque les avantages technologiques ont poussé les entreprises à abandonner le papier, à mettre leurs vieux systèmes sur DOS aux oubliettes et à adopter une technologie plus récente et efficace.

La gestion des performances à l’heure actuelle

Au cours des vingt dernières années, les systèmes client/serveur sur Windows se sont convertis en applications Web sur navigateur. Aujourd’hui, on constate une demande croissante de logiciels EPM basés sur le Cloud, également appelés logiciel en tant que service ou Software-as-a-Service (SaaS). Le cloud offre en effet une alternative plus abordable en matière d’EPM, car il élimine certains coûts pour les entreprises, comme les frais d’embauche d’informaticiens. En l’absence d’infrastructures coûteuses à maintenir, les ressources peuvent être investies dans des opportunités de croissance stratégique, tandis que les employés peuvent consacrer leur temps à des tâches créant plus de valeur ajoutée.

Au cours de la dernière décennie, nous avons vu émerger des solutions EPM dotées de produits autonomes, modulaires et basés sur le cloud d’une complexité incroyable, qui ont repoussé les limites de la gestion des performances. L’EPM sert à mesurer les performances dans toutes les fonctions de l’entreprise de manière cohérente et efficace pour obtenir des résultats optimaux. Elle relie aussi efficacement les fonctions opérationnelles et de soutien à l’entreprise et consolide les informations à travers la finance.

Placer les données EPM dans le contexte financier permet d’obtenir une vision plus simple de données techniques autrement aberrantes, tout en rendant les décisions managériales Explicables, Défendables et Exécutables. Être capable d’expliquer, de défendre et d’exécuter les décisions est en effet essentiel pour améliorer la stratégie de l’entreprise sur le long terme, entre autres choses.

Conclusion

Comme tous les consultants EPM expérimentés vous le diront, mettre en œuvre une solution adaptée et conçue précisément pour répondre aux besoins de votre entreprise prend du temps. Toutefois, c’est précisément pour cette raison qu’il est indispensable de discuter avec votre fournisseur de solution EPM :

  • Les besoins de votre entreprise ont-ils bien été pris en compte dans votre solution EPM ?
  • Votre équipe a-t-elle besoin de compétences spéciales en codage ou en programmation pour l’utiliser ?
  • Les tableaux de bord sont-ils facilement personnalisables en fonction de vos besoins ?
  • Avez-vous choisi une solution d’une flexibilité inégalée permettant de créer votre propre modèle ?
  • La solution offre-t-elle une connexion rapide et facile à vos bases de données existantes ?
  • La solution offre-t-elle les délais de mise en œuvre les plus rapides du marché ?

L’évolution de la gestion des performances nous amène au contexte actuel : Une solution EPM réellement moderne offre à votre entreprise une base solide pour améliorer son agilité, sa flexibilité et sa résilience.